Le blog de Lechangisme.com

Les + Récents
Les + Populaires
Les + Commentés

Art du cunnilingus : Témoignages libertins

20 Juillet 2017 Laisser un commentaire

Tout comme l’est la fellation, le cunnilingus est un art qui requiert une bonne connaissance du corps de sa partenaire et qui peut se pratiquer de diverses façons et dans différentes positions. Pour en savoir davantage sur les techniques à appliquer pour amener sa partenaire au septième ciel par le biais du sexe oral, nous avons recueilli les témoignages de quatre libertins d’âge différent.

Art du cunnilingus : « Une pratique indissociable du plaisir féminin »

Quel rapport as-tu au cunnilingus ?

Oscar, 24 ans : J’ai un rapport particulier au cunnilingus car c’est la toute première chose que j’ai faite avec une fille. Malgré cela il m’a fallu du temps avant d’apprécier. Au début, je voyais ça plutôt comme une contrainte et je ne le faisais qu’en guise de contrepartie. C’était un moyen d’obtenir ce que je voulais et non pas de faire plaisir à ma partenaire. Dans ces conditions, il était difficile de bien s’y prendre. Un jour, je me suis fait incendier par ma copine qui me reprochait de toujours bâcler l’affaire, alors qu’elle, à contrario, mettait du cœur à l’ouvrage dans ses fellations. Ses franches critiques m’ont permis de reconsidérer la pratique. Depuis cet épisode, j’essaye de prendre du plaisir à en donner. Et je crois que ça marche. Mais je suis conscient qu’il me reste encore pas mal de progrès à faire.

Denis, 29 ans : Je considère le cunnilingus comme une pratique indissociable du plaisir féminin. C’est simple, jusqu’à maintenant, je n’ai jamais réussi à faire jouir une femme sans avoir fait usage de ma langue et de mes lèvres. La préparation du terrain est essentielle pour accéder à l’orgasme.

Michi, 33 ans : Même si je ne le pratique pas à chaque fois, j’aime bien ça et je sais que les femmes aussi. Enfin, pas toutes et pas à tout moment. Quand une femme te fait comprendre qu’elle n’est pas « fraîche » ou mal épilée, il vaut mieux éviter d’insister. Cela ne ferait que la mettre mal à l’aise.

Lilian, 51 ans : Un rapport érotique avant tout. Le cunnilingus conditionne l’acte sexuel à suivre. Sans lui, il manque quelque chose. Je le place même au-dessus de la fellation qui n’est pas indispensable dans un rapport sexuel. Et il peut même être un acte sexuel à part entière.

Art du cunnilingus

Art du cunnilingus : « Il n’y a pas de bon cunnilingus dans l’absolu »

Qu’est-ce qu’un bon cunnilingus selon toi ? Et quelle erreur ne faut-il pas commettre ?

Oscar : Ç’en est un qui fait transpirer sa partenaire et qui lui donne envie d’aller plus loin. Je pense qu’il faut éviter de plonger trop vite la langue dans la petite culotte.

Denis : La principale erreur est de ne se concentrer que sur le clitoris. Des adducteurs aux grandes lèvres, en passant par l’orifice vaginal, il y a tout plein de zones à stimuler. Si tu te focalises uniquement sur le clitoris, tu passes à côté de la chose, tu es hors-sujet. Donc pour moi, un bon cunnilingus en est un qui utilise l’anatomie de la femme à bon escient. De la même façon, il n’y a pas que la langue qui doit travailler. C’est un travail d’équipe où la langue, les lèvres voire même le bout des dents et les doigts se relaient ou se complètent.

Michi : Il n’y a pas de bon cunnilingus dans l’absolu. Tout est relatif, tout dépend de la femme qu’on a en face de soi. Il y en a qui aime qu’on joue avec les lèvres mais qui n’aime pas être pénétrée avec la langue ou les doigts. Même si beaucoup des femmes que j’ai connues apprécient les caresses buccales au niveau du clitoris, la plupart d’entre elles s’ennuient quand on ne varie pas les plaisirs. La vulve est un tout, certes, mais un tout composé de plusieurs parties. Chacune de ces parties peut être stimulée, soit simultanément, soit à la suite. Après, tout dépend encore une fois de l’anatomie de la femme à qui on fait le cunnilingus.

Art du cunnilingus : « Prêter attention à ses réactions »

Lilian : Un bon cunnilingus commence lentement. Il doit être désiré autant qu’il se fait désirer. Je prends toujours mon temps car c’est un moment appréciable et apprécié. L’erreur serait de foncer comme un forcené, d’arracher la culotte et de se mettre à brouter grossièrement. Tout commence par une bonne position. Il faut que la femme se sente à l’aise. Cela ne veut pas dire que je lui demande comment faire. Les femmes estiment les hommes qui prennent l’initiative dans ce genre de situation. Le fait de demander peut signifier qu’on ne sait ce qu’on est en train de faire. Il faut y aller à l’intuition et prêter attention à ses réactions.

Le plus souvent, je l’allonge sur le dos pour lui donner de langoureux baisers sur la bouche. Je descends lentement et fais une première halte au niveau du cou. Je continue ma descente et m’arrête aux seins que j’embrasse et mordille délicatement. Quand la respiration de ma compagne s’intensifie, je descends un peu plus bas, au niveau du nombril que je couvre de baisers. Je poursuis mon incursion jusqu’à son entrejambe que je couvre encore une fois de baisers. La peau de l’intérieur des cuisses est hautement sensible et mérite donc d’être choyée comme il se doit. Pour ma part, je préfère retirer la culotte avant de vraiment commencer le cunnilingus. La fleur doit respirer pour s’épanouir.

Lorsque je sens que ma compagne est en condition, qu’elle est prête, je varie les caresses des lèvres, de la langue et du bout des doigts. J’embrasse les grandes lèvres, passe mon doigt sur son clitoris, lèche de bas en haut, parfois je passe un coup de langue sur le périnée voire l’anus. Et chose qui plaît généralement, je maintiens une légère pression sur le pubis avec une de mes mains. 



Commentaires

Aucun commentaire

Répondre
Articles en relation

Témoignage premier rencard libertin : « Son s
Un témoignage érotique et profondément sensuel d'une premi..

Candaulisme lesbien : « Chacune garde la poss
Superbe interview avec un couple de lesbiennes. Merci à Ju..

Erosphère 2018 : Festival érotique participat
Présentation d'Erosphère 2018, festival érotique participa..

Coup d'un soir : « Une trentenaire qui a le f
Une « trentenaire qui a le feu au cul », c'est elle-même q..

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus et gérer ces paramètres.

Les derniers connectés

picto profil
picto profillili497237
picto profil
picto profilduocurieux
picto profil
picto profilLeocindy77
picto profil
picto profilAirelle
picto profil
picto profilMavie94
picto profil
picto profilPaddybab6906
picto profil
picto profilanma94
picto profil
picto profilpaul6944
picto profil
picto profilLuxure82
picto profil
picto profilNicojulie57
picto profil
picto profilnathetpapillon
picto profil
picto profilArcadia17
picto profil
picto profilcouplegtc08
picto profil
picto profilEmiliecoquine
picto profil
picto profildanns191965
picto profil
picto profilOrelyna
picto profil
picto profilnousmoielle
picto profil
picto profiltif3869