Connexion
Inscription
illustration

En club libertin pour le travail : « un couple ou deux disparaissaient par une porte à côté du comptoir »

Poster un commentaire
Proposer un article

Un nouveau local a ouvert récemment dans notre ville. Ma femme a été chargée par son rédacteur en chef d'écrire une histoire à ce sujet. Avant cela, il y avait eu quelques agitations dans la rédaction pour savoir qui devait mener l'interview avec la gérante. Je ne comprenais pas pourquoi il y avait tant d'excitation à l'idée d'ouvrir un nouveau club. En tout cas, ma femme a finalement obtenu le poste, soi-disant parce que le magasin était tenu par une dame et que les entretiens étaient mieux menés de femme à femme. Comme souvent lorsque ma femme avait un rendez-vous presse en soirée, je l'accompagnais.

Rencontre avec la patronne du club échangiste

A peine étions-nous entrés dans le bar que je compris pourquoi cette affaire était si délicate. C'était un club échangiste ! Un certain nombre de personnes, dont certaines légèrement vêtues, batifolaient dans la salle. De temps en temps, un couple ou deux disparaissaient par une porte à côté du comptoir, évidemment pour y faire l'amour.

La gérante nous a réservé un accueil chaleureux. Cependant, elle m'a demandé d'enlever ma chemise, car cette soirée était destinée aux hommes torse-nu. Au début je ne voulais pas, après tout nous n'étions pas venus pour cela, mais la logeuse a insisté. Puisqu'une règle d'or pour les entretiens, y compris pour les escortes, était de ne pas déranger l'interlocuteur, j'ai cédé après quelques va-et-vient et me suis dévêtu partiellement.

La patronne du club a répondu franchement aux questions que lui posait ma femme. Enfin, elle a fait un tour avec nous à travers les salles de l'établissement, y compris la soi-disant « zone pop ». C'était derrière ladite porte à côté du comptoir. Derrière le passage se trouvait une aile séparée du bâtiment, dans laquelle se trouvaient plusieurs pièces aménagées en nids d'amour. Selon vos préférences, ces chambres étaient décorées différemment. Par exemple, il y avait une « cave à torture » pour les jeux sado-maso, une « salle du château » pour des pratiques plus subtiles, une « cabane alpine », une « cabane dans les arbres » et bien plus encore.

Au cours de la conversation, la propriétaire a essayé encore et encore de nous encourager à participer, mais en tant que couple « fidèle » nous ne l'avons pas fait. J'aurais été intéressé, mais par considération pour ma femme, j'ai senti que je devais décliner avec gratitude, même si quelque chose dans son regard ne révélait aucun rejet fondamental. Cette confrontation intense avec le sexe ne la laissait pas indifférente. Le fait que j'étais à moitié nu aurait dû aussi émouvoir quelque chose en elle. Je n'étais plus l'Adonis que j'étais. Entre-temps, j'avais pris du poids et donc perdu beaucoup de mon attrait.


Entretien avec les invités du club échangiste

Après la visite, la propriétaire a suggéré d'interviewer certains des invités. A cet effet, elle nous a présenté deux messieurs. Je ne sais pas si c'était une coïncidence ou si c'était voulu par la patronne, mais un des hommes pourrait être décrit comme le « fantasme ambulant des femmes ». Grand, mince, torse musclé, visage sympathique - le gars avait tout ce que les femmes aiment. Ma femme était visiblement nerveuse et a littéralement fondu sous son charme. La tentation était claire.

Même s'ils parlaient de manière assez inoffensive, on pouvait dire à leur apparence qu'ils le voulaient tous les deux. J'aime ma femme et je veux qu'elle soit heureuse. Pour moi, le bon sexe est l'une des plus belles choses au monde. C'est pourquoi je souhaite de tout c?ur à ma femme une sexualité épanouie. Si elle avait parfois besoin d'un autre homme pour ça, ça ne me dérangeait pas. L'essentiel est que ma chérie soit heureuse.

Je trouvais aussi excitante l'idée qu'elle s'amuse, même si elle allait coucher avec un autre homme. Troisièmement, je suis bisexuel et je rêve de relations sexuelles avec des hommes et des femmes. Le sommet de mes fantasmes érotiques serait un trio avec une femme, de préférence ma femme et un bel homme.

J'avais déjà avoué mes secrets à ma bien-aimée et lui avais permis de coucher avec d'autres hommes. Elle m'avait répondu que ça ne la dérangerait pas que je le fasse avec des hommes, mais nous n'étions jamais allés plus loin.

Maintenant, le grand moment semblait être venu, mais ma femme était encore indécise, d'autant qu'elle était là pour le boulot. Ma femme était assise sur un tabouret de bar. Deux hommes se tenaient à côté d'elle, l'un un peu plus près. Ils bavardaient en riant et on pouvait dire à leurs expressions que le sujet était un peu plus torride. Un des deux hommes n'arrêtait pas de regarder ma femme de la tête aux pieds.

Dès qu'il baissa les yeux, elle décroisa les jambes comme par hasard pour qu'il puisse voir sous sa jupe. Pendant que l'autre lui parlait, il passa d'abord sa main dans ses cheveux, puis il saisit le col de son chemisier et, assez négligemment, commença à le déboutonner. Ma femme a pris cela comme une invitation. L'autre homme hésita encore un peu. Probablement pour l'encourager, ma femme a tendu la jambe et a touché avec le bout de son orteil son pantalon, juste entre ses jambes.

1 commentaire

Saysana045
Le 4 octobre
Vivement la suite du récit. Cela devient excitant
Répondre

Poster un commentaire

OK
VIVEZ La rencontre
Échangiste
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
profil
profil
profil
profil
Plus de 30 000
CONNECTÉS
PAR JOUR !
profil
profil
profil