Connexion
Inscription
illustration

Orgie en club libertin : « Je sentis mes tétons durcir et les pétales de ma fleur s'ouvrir »

Poster un commentaire
Proposer un article

J'étais allée plusieurs fois dans ce club libertin, mais ce soir-là, je voulais m'aventurer dans la chambre noire pour la première fois. Pour cette occasion spéciale, je m'étais habillée en connaissance de cause : un soutien-gorge ouvert en haut, qui mettait en valeur mes beaux seins aux bourgeons croquants, des porte-jarretelles, des talons hauts et une culotte fendue, qui permettaient d'accéder rapidement à ma chatte complètement épilée qui battait violemment quand je descendis les escaliers jusqu'à la chambre noire du club.

À chaque pas que je faisais, l'obscurité autour de moi augmentait. J'ai dû tâtonner soigneusement les dernières marches de la balustrade pour ne pas plier mes talons hauts. Mais plus l'obscurité m'enlevait la vue, plus mes sens restants étaient stimulés : une odeur pénétrante de sexe me frappait les narines et de tous les coins de la pièce, des gémissements et des cris agréables me venaient aux oreilles.

Dans le fouillis des sons ressortaient le bourdonnement profond et satisfait d'un homme ainsi que le couinement orgasmique aigu d'une femme. Le battement de ma chatte devenait de plus en plus fort alors que je me rapprochais de ces bruits agréables.

Sur mon chemin à travers l'obscurité totale, mes membres ont touché de nombreux corps nus et en sueur. De toutes parts j'étais entourée d'un grand gémissement de plaisir, dans les tons les plus variés. Je sentis mes tétons durcir et les pétales de ma fleur s'ouvrir.



De l'excitation partout

J'ai commencé à caresser mes seins par pure excitation, pinçant mes mamelons durs comme de la pierre avec délectation, puis je me suis mise à caresser mon clitoris. Mon épais nectar d'amour a jailli de moi. Quand j'ai tiré ma culotte sur le côté pour que je puisse me pénétrer avec deux doigts, le jus de chatte avait depuis longtemps coulé le long de mes jambes et trempé les bretelles de mon porte-jarretelle.

Des inconnus dans la chambre noire

Je devais avoir commencé à gémir bruyamment, car progressivement de plus en plus de visiteurs de la chambre noire ont pris conscience de moi. J'ai d'abord senti deux mains fortes me toucher par derrière et peu après pétrir vigoureusement mes seins, tandis qu'une bite dure était pressée contre mes fesses.

Soudain, j'ai senti un deuxième corps nu se frotter contre moi de face. Une paire de seins pleins de luxure se frottait contre mes seins pointus. L'instant d'après, une longue langue humide s'est enfoncée profondément dans ma gorge, et de petites dents ont commencé à grignoter sauvagement mes lèvres.

J'étais maintenant complètement dans mon élément. Dès que j'en ai pris conscience dans un bref moment de clarté au milieu de ma luxure frénétique, j'ai senti deux doigts s'enfoncer dans mon cul. J'ai tout de suite remarqué que ceux-ci devaient appartenir à un vrai expert en sodomie, car les doigts étaient si bien huilés qu'ils se sont facilement glissés dans mon trou du cul serré. Pendant ce temps, l'inconnu suçait mes seins si joliment que je vis soudain de minuscules étoiles scintiller au milieu de l'obscurité tandis qu'un premier orgasme violent me secouait.

Peu après, une grosse bite dure a commencé à creuser mon cul. Je me suis cabrée sauvagement et j'ai gémi comme un animal, car la queue était énorme. Ses couilles claquaient en rythme contre mon cul pendant que sa grosse queue m'empalait. Le gars m'a poussé en avant, j'ai instantanément perdu l'équilibre malgré mes jambes écartées, et suis tombée au sol. Dès que j'ai retrouvé mon calme et mon orientation, j'ai respiré une odeur de chatte intense alors que la femme s'asseyait sur mon visage. Depuis combien de temps je n'avais pas léché une chatte ! Avec impatience, j'ai commencé à la baiser avec ma langue, tandis que son jus de chatte se déversait dans ma bouche. Ces sons de plaisir me semblaient familiers. Pendant ce temps, le mec a léché ma chatte et mon trou du cul avec délectation, en grognant. Finalement, il a mis mes jambes sur son épaule et a enfoncé son sexe si profondément dans mon petit trou du cul que je n'ai pas pu respirer pendant un instant.

Sodomie sans fin

Dès que j'ai repris mon souffle, cet incroyable artiste de la sodomie a commencé à me baiser si profondément et intensément dans mon trou du cul que je pouvais à peine me concentrer sur le léchage de chatte. Sur ce, la femme a recommencé à gémir violemment. Je soupçonnais qu'elle se doigtait comme une furie. Moi aussi je me suis mise à crier, tandis que les orgasmes se succédaient. Soudainement je me suis tue quand une énorme bite s'est coincée dans ma bouche. J'ai remarqué avec plaisir que la bite avait le goût de mon propre cul, quand une énorme fontaine de sperme a éclaboussé ma bouche?

6 commentaires

lespticoquin35
Le 26 novembre 2021
Très excitant tout ça hummm
Répondre
Nonocricri
Le 27 novembre 2021
Très bien raconter et très excitant
Répondre
Bonchibr5769
Le 27 novembre 2021
Superbe histoire excitante ???
Répondre
Ladouceur
Le 28 novembre 2021
Humm très beau récit et très excitant sa donne envie de t'acompagner
Répondre
sxfd30
Le 20 décembre 2021
Quel récit magnifique
Répondre
maryalos
Le 1 janvier
C'est très excitant me donne l'envie a pratiquer le sexe anal.
Répondre

Poster un commentaire

OK