Connexion
Inscription
illustration

La roue de la fortune érotique : « Les gens baisent sauvagement partout dans la pièce »

Poster un commentaire
Proposer un article

La roue de la fortune avait parlé et je ne suis vraiment pas rassuré ni subjugué par la sanction (pour moi c'est comme une punition injuste qui vient de me tomber dessus). Je dois donc maintenant me travestir, enfiler une robe trop courte, des chaussures à talons hauts, poser une perruque blonde surmontée d'un bonnet blanc sur mon crâne. Une des employées me maquille. Elle me met du rouge à lèvres rouge vif sans rien dire. Au moment où la patronne me met devant le miroir, Angela sort de la douche - habillée comme avant. Elle me regarde et sourit. « Très sexy, Alexis ! Tu devrais porter ça plus souvent » me dit-elle en éclatant de rire. Je suis super gêné. La robe est tellement courte qu'elle se termine juste au-dessus de ma queue qui pendouille.

« Le public attend ! » me dit la patronne. Je rentre dans la salle où je suis accueilli par des applaudissements nourris. Je peux à peine marcher avec mes chaussures qui me font mal aux pieds et au dos. J'entends ci et là des rires à peine réprimés. Super ! Tout le monde se fout de ma gueule, tout le monde a le droit à un truc cool alors que moi.... Elvira m'accueille sur scène puis je découvre deux hommes debout devant le grand lit au centre de la scène. Je flippe car je soupçonne quels services sont attendus de moi.

« Euh, non ! Pas question ! » Dis-je en dernier recours alors que je sais très bien au fond de moi que je ne pourrai pas m'y soustraire. Se tournant vers le public, Elvira dit en guise de réponse : « Notre jolie demoiselle a besoin d'aide pour briser un peu ses inhibitions. » Les applaudissements repartent de plus belle. J'ai affreusement honte. J'ai peur mais j'essaye de ne pas trop le montrer.


Depuis la partie la plus sombre de la pièce vient un homme de grande taille entièrement vêtu de caoutchouc et portant un masque à gaz. Super flippant ! Il apporte un truc sur scène. Avant même que je comprenne ce que c'est, il m'attrape et me tient les bras derrière le dos. Je remarque à l'instant même où j'écris ces quelques lignes que je le fait d'en reparler me fait revivre un tas d'émotions négatives. Je vais donc m'épargner les détails car ce qui va se passer ensuite reste tabou.

Les gens applaudissent. Maintenant que c'est fini, on me délivre et me ramène dans la pièce voisine. Je me sens souillé.

« Ça va ? » me demande la patronne. Je la regarde : « Pas vraiment »

« Prenez d'abord une douche, puis revenez. C'est une coïncidence malencontreuse. C'est votre première fois ici et vous tombez sur le plus hard. Mais c'est la roue de la fortune décide ! »

Je vais sous la douche et essaye de penser à autre chose. Quand je reviens, le spectacle semble être terminé et les gens baisent sauvagement partout dans la pièce. Je n'avais jamais vu d'orgie de cette ampleur, même en film.

Où est Angela ? Je la cherche partout du regard et je l'aperçois enfin. Elle est seule, assise en train de regarder les autres, ce qui me rassure, car je n'ai qu'une seule envie, c'est de la retrouver, qu'elle me prenne dans ses bras. Elle se satisfait mais ne participe pas au fouillis général. Je vais vers elle. Quand elle me voit, elle me dit : « Allez, viens et baise moi ! » Elle se penche en avant et me dit : « Regarde ce que j'ai secrètement volé... » Elle pousse son bassin en avant et je vois un godemiché planté dans son cul. Je souris et m'agenouille devant elle.

Excité à nouveau, je plante ma bite en érection dans sa chatte. Elle aime vraiment ça. Il ne faut pas longtemps pour que nous rencontrions l'apogée. Suite à quoi nous disparaissons avant tout le monde, car je veux simplement rentrer à la maison. La patronne nous interpelle en chemin, nous conduit dehors et nous dit : « J'espère que vous vous êtes bien amusés ce soir. Nous vous appellerons lorsque le prochain événement sera planifié. Merci encore d'avoir joué le jeu. »

« Je ne sais pas si je vais recommencer », dis-je encore chamboulé par l'expérience que je viens de vivre. Alors que nous rentrons chez nous, Angela brise le silence dans la voiture : « C'était vraiment cool ! Tu ne t'es pas amusé ? »

Elle est sérieuse ? Je ne comprends plus le monde.

2 commentaires

dameric1140
Le 7 janvier
Hmm, dommage on sera pas ou c'est ?
Répondre
Jnydu08
Le 7 janvier
J'aurais bien pris sa place moi... ?
Répondre

Poster un commentaire

OK