Connexion
Inscription
illustration

Soirée libertine : « Il s'agenouille derrière elle et cherche sa porte arrière avec sa queue »

Poster un commentaire
Proposer un article

Je décide de prendre une bière. Elvira choisit trois hommes au hasard dans la boîte. Je le sens mal. Après environ dix minutes, Angela revient. Elle est maintenant vêtue d'une combinaison intégrale transparente de couleur peau en latex. Elle a des ouvertures pour ses seins et est complètement ouverte au niveau de l'entrejambe. Elle porte également une cagoule en caoutchouc sur laquelle un visage est peint, celui d'une poupée sexuelle qui a la bouche grande ouverte. Ses cheveux ont été tirés à travers une ouverture à l'arrière de sa tête pour qu'ils tombent comme une tresse.

Elle voit les trois hommes sur scène et hésite. La patronne l'accompagne soigneusement. Je sais qu'elle a déjà parlé de sexe avec deux hommes, mais trois ?! Les trois messieurs la reçoivent, lui caressent le corps, jouent avec ses tétons et l'attrapent par l'entrejambe. Elle me regarde. Elle semble gênée. Après tout, elle me trompe sous mes yeux. Mais je lui fais signe que tout est okay.

Nous nous sommes adaptés au fait que nous pourrions avoir des relations sexuelles avec d'autres personnes. L'un des hommes s'allonge sur le lit et Angela s'agenouille au-dessus de lui. Il enfonce sa bite dans sa chatte sans hésitation et commence à la baiser tout de suite. Quelques minutes plus tard le suivant s'agenouille devant elle, lui prend la tête par la tresse et la pousse vers sa queue. Elle n'a rien contre une pipe. Au contraire : c'est sacrément bon ! Elle tombe en avant et la bite de l'homme disparaît dans sa bouche.



Le troisième commence à pétrir les seins d'Angela. Un instant plus tard, il s'agenouille derrière elle et cherche sa porte arrière avec sa queue. Il la trouve et s'y plonge profondément. Nous n'avons pas eu autant d'expérience avec le sexe anal auparavant. Angela se masturbe frénétiquement. Alors qu'Angela pousse des cris stridents, Elvira prend la parole : « Nan, nan, messieurs ! Ne détruisez pas notre poupée en caoutchouc à trois trous ! Elle est sensible ! » Les hommes ralentissent un peu.

C'est trop pour Angela, mais elle endure courageusement son destin. Lorsqu'elle s'aperçoit qu'elle n'arrive pas à suivre le rythme, elle reste immobile et laisse les hommes faire les mouvements. Quelques secondes plus tard, le mec dans sa chatte semble éjaculer, tandis que le deuxième homme se tord un peu en lui ramonant le cul. Il me semble qu'elle aussi semble avoir un orgasme. Elle semblait finalement aimer la double pénétration.

Sur ce le troisième homme tire la tête d'Angela en arrière par la tresse et montre au public comment il éjacule dans sa bouche ouverte. Il y a des applaudissements. Elle s'effondre sur le lit, épuisée. La patronne vient sur scène pour la soutenir alors qu'elle a les jambes branlantes. Elle l'accompagne dans la pièce voisine. Pendant qu'Elvira tire le prochain nom, elle ajoute « Ce serait intéressant si le prochain était un homme... Alexis ! » C'est maintenant à mon tour.

J'ai soudain le trac. Je me lève chancelant, regarde le public en montant sur scène. Tout le monde semble très excité. La roue de la fortune tombe sur « bonne ». Je ne peux pas m'imaginer grand-chose à ce sujet. La patronne me conduit aussi dans la pièce voisine, un vestiaire : il y a des armoires, un grand miroir, une petite coiffeuse et une douche dans laquelle Angela se lave. La patronne m'ordonne de me déshabiller. « Qu'est-ce que je dois faire maintenant ? » Je veux savoir.

- Vous verrez dans un instant, me dit-elle.

- D'accord, patronne.

De toute évidence je suis censé être habillé comme une femme. Ce n'est pas quelque chose qui m'excite le plus. Une fois que je suis dénudé, la patronne me met un porte-jarretelles et me laisse enfiler des bas noirs qu'elle attache aux bretelles. Ensuite, je dois mettre une robe de chambre noire avec des manches courtes bouffantes, une coupe large, un tablier blanc et assez court. Vraiment très court !

- Je pense que la robe est trop petite pour moi, dis-je à la patronne.

- Non, non. C'est parfait comme cela.

La robe ne couvre pas vraiment ma bite ni mon cul. En dessous, je reçois un jupon. Je regarde dans le miroir.  « Amenez la transsexuelle sur scène ! »

Je me dis que je vis un mauvais rêve mais je ne peux m'empêcher de sourire car je n'y crois pas.

- Honnêtement, ça ne le fait pas !

- Vous ne pouvez pas refuser. La roue de la fortune a décidé !

Bon, un peu de carnaval ce n'est pas si grave, me dis-je sans m'imaginer une seule seconde ce qui va m'arriver sur scène.

3 commentaires

dameric1140
Le 31 décembre 2021
Hmm, hâte de lire la suite
Répondre
Morgan77
Le 1 janvier
Hmm
Répondre
maryalos
Le 1 janvier
J'aimerai avoir la suite pour arriver a mon fantasme.
Répondre

Poster un commentaire

OK