Le blog de Lechangisme.com

Les + Récents
Les + Populaires
Les + Commentés

Nouvelle vie de libertin candauliste

10 Septembre 2021 Laisser un commentaire

Notre relation semblait repartir de plus belle. Pendant environ un mois tout était parfait. Or je sentais que quelque chose flottait dans l'air. J'avais apparemment refoulé la conversation et l'accord sur sa nouvelle façon de vivre sa sexualité au fond de mon inconscient. Ce n'était pas pour rester ainsi si longtemps, car la grande première approchait à grandes enjambées.

Un soir, après le dîner, Caroline m'a demandé s'il pouvait sortir le vendredi qui venait.

Au début, je n'ai pas réalisé ce qu'elle sollicitait vraiment. Alors que j'étais en train de lui donner une réponse j'ai compris. Elle rougit et balbutia : « Ce n'est pas ce que je voulais dire. Je? »

Ses mots s'éternisèrent. Soulagé par son embarras évident, je l'interrompis. « Je pense que je sais tes intentions. Oui, tu peux. »



Ce fut une semaine interminable jusqu'à ce fameux vendredi.

Ce jour-là j'ai passé la journée au bureau. Mais si mon corps était bien présent, mon esprit était ailleurs. Quand je suis rentré à la maison, Caroline préparait le dîner. C'était un mirage, une vision de la normalité domestique qui ne correspondait pas à ce qui arrivait. J'errais derrière elle comme un chiot perdu, mon estomac se retournait dans tous les sens. Ce ne fut qu'à cet instant que toutes les implications de notre arrangement se firent sentir, et ce n'était pas agréable.

Elle s'est douchée, rasée et épilée. Les cheveux coiffés, le visage apprêté de maquillage. Lingerie fine, jupe, chemisier et chaussures ; elle avait l'allure des grands soirs. Elle avait le regard emplit de nervosité quand elle a demandé : « Es-tu sûr de ça ? »

Honnêtement je n'étais sûr de rien. J'ai partagé mon inquiétude en toute franchise :

? Je ne suis sûr de rien, sauf de t'aimer.

Elle débordait d'émotion. J'ai poursuivi : « Je t'aime mais j'ai besoin que tu sois heureuse, je veux que tu sois satisfaite, et je sais que c'est un domaine dans lequel je ne peux pas faire grand-chose pour toi. Je sais aussi que c'est notre dernière chance d'être ensemble. Je serai là quand tu reviendras. Au fait, tu es fantastique. »

Avec ce dernier commentaire, les larmes sont finalement venues. Ce n'était pas quelque chose à laquelle elle était encline. Je l'ai embrassée. Au bout d'une minute environ, elle se tourna vers le miroir.

? Je ne ressemble à rien, dit-elle en se saisissant d'une lingette pour le visage pour nettoyer le mascara qui coulait.

Elle s'est remaquillée et, sans mot dire, est partie.

Les quatre heures suivantes ont été les plus longues de ma vie. J'ai essayé de regarder la télé. J'ai surfé sur Internet. J'ai même pris la voiture jusqu'à son appartement et je me suis assis dehors pendant un moment. Rien ne pouvait me faire oublier ce qui se passait. Rien ne pouvait enlever la nausée au creux de mon estomac. Je suis rentré chez moi, je me suis douché puis couché au lit.

Il était un peu plus de minuit quand j'entendis la voiture s'arrêter devant la maison. Le moteur qui se coupe, la clé dans la porte, les pas de Caroline dans le couloir se dirigeant vers le salon. Toutes les sensations sont encore présentes. C'est un bon quart d'heure plus tard que je l'ai entendue monter les escaliers. Au lieu d'entrer dans notre chambre, elle s'est retournée et est entrée dans la chambre d'amis qui servait également de dressing. J'ai attendu. Je pouvais l'entendre bouger, puis le silence. J'ai attendu encore cinq minutes et j'ai réalisé qu'elle ne viendrait pas d'elle-même.

Lorsque j'ai ouvert la porte, Caroline était au lit. Je l'ai rejointe. Elle ne bougea pas. Me déplaçant à travers le lit jusqu'à elle, j'ai mis mon bras autour d'elle, nos corps serrés l'un contre l'autre, puis embrassé son épaule.

? Je t'aime, dis-je doucement.

À ce moment-là, je voulais juste la protéger. Elle n'a pas répondu, mais je sais qu'elle pleurait très doucement ? ??essayant de masquer ses larmes. Nous sommes restés dans cette position pour le reste de la nuit.

Le lendemain soir, comme convenu, nous avons eu la conversation au sujet de son escapade. Le sexe avait été bon mais, à cette rare occasion, elle n'avait pas eu d'orgasme car elle ne pouvait pas complètement lâcher prise. Mon instinct m'a dit que c'était un mensonge, un mensonge pour me faciliter la tâche, un mensonge avec lequel je pouvais vivre. J'ai aussi un peu modifié la vérité en lui disant que j'avais été dur toute la nuit malgré l'inquiétude et le doute, mais en minimisant la soirée difficile que j'avais vécue.



Commentaires

Aucun commentaire

Répondre
Articles en relation

Histoire de candaulisme
La tension sexuelle grimpe encore un peu plus entre eux. U..

Naissance d'une relation libertine
Une histoire d'amour à couper le souffle. Bonne lecture su..

Entretien avec des échangistes : « Ce mode de
Elle retrace les grands enseignements de ses entretiens av..

Candaulisme libertin : « il a forcé l'entrée
Suite et fin de leur première expérience candauliste. Une ..

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus et gérer ces paramètres.

Les derniers connectés

picto profil
picto profilCpl0503
picto profil
picto profilCouplegourmand9
picto profil
picto profilChloeMetisseTBM
picto profil
picto profilButterfly79
picto profil
picto profilMinilike
picto profil
picto profilMotards21
picto profil
picto profilgefa
picto profil
picto profilOnditquoi12
picto profil
picto profilDuocokin
picto profil
picto profilCassie1995
picto profil
picto profilMarie-Line
picto profil
picto profilAlexjoh
picto profil
picto profilCouple78exp
picto profil
picto profilSx7520
picto profil
picto profilCpl34
picto profil
picto profilJoce75
picto profil
picto profilPlanHard
picto profil
picto profilOlivirg